Avec, entre autres, l’utilisation des pesticides, la santé de certains pollinisateurs est menacée. Encore une fois, les habitudes de vie des humains menacent les plus petites espèces. L’utilisation intensive des pesticides et la tonte de pelouse contribuent à la perte de biodiversité et on ne peut plus négliger ces enjeux qui ne sont pas sans conséquences.

Bonne nouvelle, il existe des solutions pour limiter les dégâts.

Défi pissenlits

Connaissez-vous le mouvement Mai sans tondeuse (No Mow May), aussi appelé le Défi pissenlits? Ce mouvement, né au Royaume-Uni, gagne en popularité au Québec et ailleurs au Canada. La campagne est une initiative de Plantlife et et vous lance le défi de laisser fleurir les pissenlits qui sont parmi les premières fleurs auxquelles les abeilles et autres pollinisateurs ont accès après l’hiver. En laissant ainsi pousser les pissenlits, on protège nos abeilles et la biodiversité.

Découvrez le défi pissenlits

Pour en découvrir davantage sur le mouvement, je vous invite à lire l’article suivant.

Serez-vous capable de ne pas succomber à l’envie de tondre la pelouse? Le défi ne dure qu’un mois, du 1er mai au 1er juin, et vide à laisser les fleurs sauvages de votre pelouse fleurir, offrant un festin de nectar à nos pollinisateurs en plein travail. Mais ce n’est pas tout! L’organisation recommande de ne tondre qu’une fois par mois au maximum pendant tout l’été.

Votre gazon ne sera peut-être pas le plus beau du voisinage, mais il sera le plus riche!

Voici quelques idées pour faire partie de la solution :

  • Une autre façon de protéger notre biodiversité est de remplacer du gazon par d’autres plantes, comme des aménagements de fleurs ou un jardin
  • Faire un jardin ou un potager permet un approvisionnement hyperlocal (plus de détails avec le Défi du mois)
  • Penser à introduire des aménagements comestibles, ce qui a une double fonction = beau pour les yeux et dans l’assiette !
  • Ajouter les fleurs dans l’assiette

Consommer les fleurs comestibles

Saviez-vous que plusieurs fleurs sauvages sont comestibles? Ouvrez l’œil, votre cour arrière cache peut-être de délicieux ingrédients à découvrir! Les pissenlits sont un bon exemple ! Avez-vous déjà pensé faire sécher la fleur pour en faire un délicieux latte, aussi appelé lait de lune ? Ou d’ajouter le feuillage à vos quiches ou vos potages ? Les infusions à base de racine de pissenlit apaisent les estomacs agités.

Dans ma conférence Éviter de gaspiller vos récoltes je présente plusieurs idées pour cuisiner avec appétit les fleurs comestibles. Monarde, hémérocalle, pissenlit et autres… Garnissez vos plats et régalez-vous! Vous pouvez visionner la conférence en vous inscrivant sur ma plateforme de formation en ligne florenceleasiry.didacte.com

J’ai d’ailleurs lu un excellent livre sur le sujet, sur la biodiversité. Courez vous procurer le livre « La planète du héron bleu » de Jean-Pierre Rogel, paru aux éditions La Presse. Un petit chef-d’œuvre pour bien comprendre la biodiversité !